GROSSESSE : Comment survivre à l’alitement


Grossesse / vendredi, novembre 2nd, 2018

Je ne compte pas le nombre de femmes de ma connaissance qui ont été alitées plusieurs mois pendant leur grossesse , ma mère, mes amies…  bref, des fois ça sonne presque comme un passage obligé !

Moi je suis une petite joueuse de l’alitement. Pour ma première grossesse j’ai été active et sportive jusqu’à quelques heures avant mon accouchement ( à terme ), mais pour la seconde on m’a suggéré le repos suite à une modification du col ( court et ouvert ) à 34 SA. Donc seulement 3 petites semaines à tenir jusqu’à l’ultime 37eSA , et encore, sans alitement STRICT.

3 semaines, c’est pas grand chose, mais ça m’a quand même laissé le temps de bien voir ce que ça pouvait donner ! Et voilà selon moi quelques trucs pour mieux vivre cette période.

Se dire que c’est pour la bonne cause

Etre alité parce qu’on est malade, qu’on a une jambe cassée c’est une chose, être alitée pendant sa grossesse en est une autre ! Penser que l’on fait ça pour son ou ses bébés, qu’il en va de leur santé autant que de la notre peut nous aider à accepter la situation plus facilement ! Souvent la menace d’accouchement prématurée apparaît comme un stop que notre corps nous impose. Ainsi il nous signifie qu’il est temps de ralentir, qu’il ne sera pas possible d’espérer continuer sa vie comme avant, qu’un grand changement nous attend… et c’est vrai qu’en 2 mois les fesses collées au canap, on a le temps de se faire à l’idée…

Expérimenter le lâcher-prise

Il va falloir accepter de laisser les autres faire ( moins bien 😛 ) ce qu’on n’a plus le droit de faire ! c’est à dire, le ménage, la cuisine, s’occuper de nos autres enfants etc ! Et si laisser libre cours à la créativité ménagère de votre homme et de vos bambins entraine une transformation de votre intérieur digne du film Jumanji ( le lion en moins ) … il faudra bien l’accepter. Pas idéal à la fin de la grossesse ( lorsque l’on rêve de voir disparaître le moindre grain de poussière de notre nid avant l’arrivée de notre bébé.. ) je le concède, mais inévitable…

Bien s’entourer

Que ce soit pour nous faire à manger, gérer les derniers préparatifs pour l’arrivée du bébé, préparer la valise pour la maternité, s’occuper de nos aînés, là y a pas le choix, il faut se faire aider. Allo chéri ? papa ? maman ? les copines ?

User d’internet, mais sans en abuser !

Internet, c’est une mine d’or, on a accès à toutes les informations dont on a besoin, on peut communiquer avec plein d’autres mamans, partager notre désespoir, notre impression d’être une baleine échouée parfaitement inutile… Il y a tellement de contenu qu’il faudrait plusieurs grossesses alitées pour avoir tout lu ( on ne va quand même pas se le souhaiter ) ! Je vous conseille d’ailleurs ce super site dédié à la question !

L’inconvénient du web c’est qu’on peut vite s’imaginer les pires scénarios à la lecture de certains récits, de certaines expériences. Etre alitée et zen, ça passe, être alitée et angoissée c’est la porte ouverte à la déprime 🙁 Sachez donc filtrer les infos du net pour ne prendre que le positif !

En profiter pour se préparer à la naissance

Entre les livres sur l’accouchement, la naissance et les ouvrages de puériculture, normalement il n’y a pas de quoi s’ennuyer, et l’avantage c’est que ce genre de lecture permet d’arriver plus sereine le jour de la rencontre avec notre bébé, et ceux qui suivent la naissance. C’est aussi l’occasion de s’essayer à la pratique de la relaxation, la respiration, la méditation etc

Youtube est également une excellente source d’inspiration, on y trouve tout un tas de vidéo de préparation à l’accouchement. Afin de rythmer ses journées c’est une super idée de planifier un temps pour cette préparation “maison” à l’accouchement.

Mais aussi pour se détendre et se faire plaisir

En congé et “privée” de tâches ménagères… Autant en profiter pour se faire plaisir ! Massages, lectures, films, visites d’amis, tout ce qui peut nous mettre de bonne humeur quoi ! On essaye d’éviter les attitudes qui plongent dans la déprime, comme rester en pyjama toute la journée et passer son temps à errer sur les réseaux sociaux 😛 …

Enfin, c’est l’occasion rêvée pour innover

Profiter de cette immobilité forcée pour se lancer dans une nouvelle activité c’est une vraie bonne idée ! la couture, le dessin, l’écriture, le chant…. soyez créative ! Personnellement je me suis lancée dans l’écriture de ce blog, ainsi qu’un autre sur le Violon dont je rêvais depuis longtemps mais repoussais la création encore et encore ! J’ai aussi développé mon réseau pour mes futurs concerts, monté et publié des vidéos etc, bref j’ai été paradoxalement plus productive qu’en temps normal…

 

Cette expérience a donc été plutôt positive pour moi, et je m’apprête à reprendre une vie normale dans quelques jours, dès ma 37ème SA. Si vous êtes alitée je vous souhaite tout le courage et la patience possibles, et surtout que votre petit bout arrive en pleine santé le plus tard possible 😉

 

 

 

Partagez cet article

Laisser un commentaire